Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

NON à une taxe sur la lecture à voix haute !

NON à une taxe sur la lecture à voix haute !

Livralire, association spécialisée depuis 30 ans dans l’organisation de dégustalivres, créée  pour chaque album choisi pour 1, 2, 3 albums une lecture « épicée », c’est-à-dire une lecture à voix haute participative et dynamique, partielle ou totale, brute ou mise en scène.

Or voilà que la SCELF, Société Civile des Editeurs de Langue Française, veut taxer les bibliothèques qui s’en empareraient et exige qu’une demande d’autorisation soit faite au moins trois mois à l’avance ! La taxe toucherait toutes les lectures publiques, même sans billetterie, à hauteur de 30 € HT minimum.

Persévérer dans cette voie reviendrait à condamner les lectures épicées non seulement dans les bibliothèques mais aussi probablement dans toutes les structures dans lesquelles le voyage lecture est proposé : prison, accueil de jour, hôpital, Ehpad, maison de quartier, écoles, collèges, lycées…

Persévérer dans cette voie serait dissuasif pour les organisateurs et reviendrait donc à priver des milliers d’enfants et d’adultes éloignés de la littérature de cette transmission orale et visuelle finement préparée, qui :
– aide à faire sens
– fait goûter la langue
– apporte évasion, poésie, émotion
– pose des questions sur le monde
– appelle des souvenirs et libère la parole
– crée et nourrit des échanges

Sans compter que dans 1, 2, 3 albums, après avoir entendu et lu les textes, les voyageurs les colportent à d’autres par lecture à voix haute : des jeunes aux aînés et inversement, des patients d’un service à ceux d’un autre service, des élèves à d’autres ou même à des profs, des apprenants adultes au grand public à la médiathèque, etc… Ces lectures solidaires vont-elles également disparaître ?

Dans un pays où le premier ministre, le ministre de l’éducation et la ministre de la culture affichent publiquement, chacun à leur façon, leur soutien à la lecture et en font une priorité, osons espérer que l’intelligence va l’emporter sur l’argent et qu’on pourra continuer à lire à voix haute librement et partout dans la ville. Souhaitons également que la mobilisation des auteurs, bibliothécaires, enseignants, lecteurs bénévoles, simples amateurs de lecture ou parents d’enfants porte ses fruits.

Et une fois la menace éloignée, formulons le vœu que la pratique de lecture partagée s’intensifie, notamment en secteur adulte des bibliothèques.  « Les livres, c’est formidable. Mais ce qui compte, c’est la lecture »*. Pour cela, il faudra développer une vraie politique de lecture publique avec, plus que l’accès aux livres, l’accès aux textes, individuellement et surtout collectivement et à voix haute ! Il y a urgence ! Comme le montrent les derniers chiffres de l’édition, les ventes de littérature sont en baisse** !

Véronique  Marie Lombard

* Edouard Philippe : Des hommes lisent – JC Lattès, 2017  (page 81)
**  L’édition en 2017, coup de roulis, Le Monde des livres, 11 janvier 2017

Pour s’informer, plusieurs articles sur ActuaLitté.
Pour dire son attachement à la lecture à voix haute, libre et gratuite : une pétition,Shéhérazade en colère !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Administrateur


Voir le profil de Administrateur sur le portail Overblog

Commenter cet article
ACTUALITES
Infos / photos Tricothé ACTUALITES
Infos / photos Tricothé

Les tricoteuses... toujours très actives le mercredi après-midi 😉😊 ☕ Prochain et dernier Tricothé de l'année 2021:...

15 Décembre 2021

De nouvelles oeuvres à la médiathèque ACTUALITES
De nouvelles oeuvres à la médiathèque

Six nouvelles oeuvres ont été empruntées à l'artothèque de Trélissac. Vous pouvez les découvrir jusqu'au 18 février...

3 Décembre 2021

Engagement des femmes en politique ACTUALITES
Engagement des femmes en politique

Dans le cadre du mois du film documentaire, le cinéma Le Studio diffuse " Blum et ses premières ministres " le...

29 Octobre 2021